Quinquagéniale.fr
couple

Couple : quand les ex nous font de l’ombre

Ça y est ! vous avez retrouvé l’âme soeur, égarée qu’elle était dans le labyrinthe du Temps, vous avez tout de même fini par remettre la main dessus ! enfin le coeur se remet à battre, un printemps nouveau fait son apparition, votre existence a de l’avenir, et vous entendez bien rattraper le temps perdu.

Votre cher et tendre, gentil et mignon tout plein, est prêt à tout, pour vous séduire, et il y met du sien, avec force promesses, et une tonne de tendresse…c’est si bon ! Vous vous prenez à rêver : ce week-end à Rome, la ville éternelle… Florence et ses églises, pourquoi pas Vienne, tiens, ou encore rêve de jeunesse, St-Jacques de Compostelle pour voir le bout du monde, en pleine aurore, pélerins éblouis par votre commune quête spirituelle ? De petits restaus sympas, en grandes virées sur les plages de l’été, vous aviez ce sentiment si confortable que cela ne prendrait jamais fin. Une intimité profonde s’était nouée au creux de chaque étreinte. La Passion, Béatrice…

Et puis, un soir, sans crier gare, l’ex de votre amour, a , frappé de plein fouet dans une agréable routine en train de se tisser… C’était dans votre salon, un soir de plateau-télé, un soir comme tous les autres, où les corps fatigués aspirent au repos, où l’on revit encore une fois, la magie de cette rencontre, conscients et tremblants de se dire que il aurait suffi d’une demi-seconde pour que cet accord parfait n’existe jamais… Elle a appelé. Il a pris son mobile. Celui que vous lui avez offert dans un élan, afin qu’il ne vous oublie jamais. Et elle s’est mise à exiger. Quelque chose qui lui était visiblement familier. Vous avez vu son visage aimé, d’habitude si détendu, devenir plus sombre. Il s’est tu, en écoutant. Il y a eu ce pincement au coeur, ce temps mort, pour la première fois.

La menace de l’ex. C’est comme les tomates tueuses, c’est un mauvais film, mais ça revient toujours ! L’ex continue de se comporter comme au bon vieux temps : elle a besoin de sous, ou de changer la date de ses vacances, elle ne le demande pas : elle sait qu’elle y a droit !
Par le droit d’ancienneté en quelque sorte. Je ne sais pas si ça compte pour la retraite ? mais bon elle était là avant vous, et bien que gentillette et proprette, cela ne l’empêche nullement, maintenant qu’elle sait qu’il n’est plus libre, de mener la relation tambour battant, un tambour dont la monnaie sonnante et trébuchante est souvent le combat !

Vous avez fait bonne figure, la compréhension étant le style de vie auquel vous voulez absolument coller. Il a paru soulagé. Le lendemain seulement, une fois qu’il avait quitté la maison, pour son travail, vous avez craqué. Premier réflexe : téléphoner à sa meilleure amie, celle qui sait tout de vous depuis le lycée. Elle a partagé puis rassuré vos craintes. Il vous aime et ne se laissera pas avoir. Ensuite vous avez appelé votre coach de vie : celui qui passe pour le Dieu des coaches, il a également rassuré, tout en laissant poindre une légère inquiétude : quelle position votre ange d’amour compte-t-il adopter ?  légereté ou  rock’roll attitude ? Très bonne question et vous le remerciez de vous l’avoir posée !

Encore ensuite, vous avez été sur Dukan, également coach de vos kilos de trop et vous avez relu avec soin votre compte-rendu de la veille : c’est vrai, il vous avez prévenu, votre point faible c’est le chocolat ! Et là vous avez dare-dare craqué sur la tablette de crunch, cachée bien au fond du placard, rongée par le remords d’avoir rompu ce contrat, qui coûte 18 euros le mois à votre compte en banque.

Au fond, vous n’êtes pas assez riche pour être avec un homme comme lui. Ni assez mince.
Ni assez sûre de vous. Autrement, votre mère vous l’a assez répété, vous ne seriez pas là, à 50 ans, en train de vous refaire une vie. S’il y avait eu une belle carrière, comme celle de votre soeur, vous n’auriez pas à investir dans un homme, pour vous sustenter. Vos petits boulots vous reviennent en mémoire. Vos nuits sans sommeil, votre petite mine et finalement la fille sympa que tout le monde aime à inviter, vous n’êtes et ne serez jamais que cela : gentille, ça ne suffira pas face à la vague ex qui vous envahit !

Evidemment, vous n’en direz rien à votre cher et tendre. Qui s’étonne de vous voir amoindrie. Faut-il mentir ? oui, tout plutôt que de le perdre ! En arriver là, c’est être aux abords de la Dépression, la grande, pas la petite déprime passagère. C’est le moment d’agir ou plutôt de réagir.

La quinqua a tout intérêt à prendre un temps de recul, tout en auscultant sérieusement son passé plutôt que les cernes bistres qui entourent ses jolis yeux. C’est vrai, on vous a toujours dit que vous aviez un joli regard, c’est déjà un point positif. Quant à celui que vous portez sur la vie, et les autres, il est de l’avis commun, plutôt sage. On vous dit bonne conseillère, bonne écouteuse. Pourquoi alors se laisser envahir par ce sentiment de gâchis et de vide ? S’appliquer à soi-même les conseils volontiers dispensés aux autres en période de crise,
c’est encore le meilleur moyen que l’on puisse trouver, et le moins onéreux !

Voici quelques points à ne pas omettre, pour chasser de sa vie les ex qui encombrent :

– Le faire avec subtilité : malgré l’angoisse et le stress, éviter de donner trop d’importance aux coups de fil intempestifs, le soir de votre anniversaire de rencontre. Utiliser l’humour, ça fait mieux passer le message. Dire : qu’est-ce qui se passe ? Il a encore égaré sa C.B ? fera de vous un homme éduqué, une sorte de héros d’une époque révolue à mi-chemin entre Robin des Bois et Robert Redford.

– Pour la femme qui doute de ses charmes, aller faire une petite virée entre copines, et shoppiner tout une après-midi, en osant une couleur jamais portée, ou la crème hyper-chère parce que vous le valez bien ! se faire relooker grâce à Groupon, pour 19 euros, et sortir de chez le coiffeur avec l’assurance d’une coupe digne de ce nom !

– Pour Monsieur, changer d’eau de toilette. C’est l’occasion ou jamais de boycotter Eau Sauvage pour quelque chose de plus safari, ou nouer un foulard également safari, comme celui que porte hors JT,  le séduisant et sémillant Laurent Delahousse. Cela risque de surprendre agréablement alors que la seule fragrance que portait l’ex était Mennen, offert par sa mère à Noël.

– Inutile d’essayer le Kamasutra afin de récupérer des ardeurs qui ne sont qu’en sommeil : votre sexualité peut résister à un moment de vide. Si ce n’est pas le cas, c’est que votre union est moins solide qu’il n’y paraît. Et l’ex n’a rien à voir dans cela. Au contraire, profiter de cet instant, pour nouer une autre sorte de relation, dans la douceur et la tolérance : les divorces sont le fléau du siècle, et tous en ont souffert. On n’est pas divorcés parce qu’un vague papier en main vous le prouve. Le deuil est long à faire. Parler de ce qui nous a manqué, dans notre échec et souligner surtout ce que votre partenaire vous apporte, par comparaison, est le meilleur moyen d’orienter votre relation vers une ouverture et une évolution permanente.
Les échecs servent à comprendre. Ils servent à ne pas répéter l’erreur et à se persuader que l’on a, quelque part, un réservoir plein  de solutions à notre actif.

– Il suffit souvent d’employer un moment d’intimité pour exprimer ses peurs. Car ce sont nos peurs qui nous gâchent le couple. L’ex n’est qu’une des infimes parties de ce qui peut entraver une vraie communication. Il faut rester vigileant sans lui accorder une place prépondérante : le passé appartient au passé et doit se fixer à cette juste place. Pour ce faire, il faut donner au présent sa pleine mesure. Réaliser un maximum de choses ensemble. Cela réduit le sentiment de doute. Et ça permet de grandir ensemble dans la relation.

– Attaquer l’ex de front demeure la solution ultime. Déconseillé si l’on n’a pas forcément le sens de la nuance, ou le vocabulaire juste. Mieux vaut éviter la relation triangulaire. Téléphoner dans son dos, à l’ex femme de votre chéri peut être mal perçu, comme une double trahison. Mieux vaut redire son amour, son implication et ses intentions : qu’on tient à le rendre heureux, et que son passé représente une menace à l’épanouissement de votre intimité. Personnellement je suis pour la transparence, la Vérité finit toujours par se faire jour, c’est une des grandes lois de la Vie. Si votre ex n’a jamais vraiment admis que sa femme était une jalouse pathologique, une vindicative née, une matérialiste forcenée, inutile de le lui répéter sur tous les tons : un ami proche en qui il a toute confiance, prendra votre partie, tôt ou tard et lui dira combien il a de la chance d’avoir changé pour mieux !

– Laisser le temps au temps est une des choses les plus sûres, pour s’affranchir du passé amoureux. Rome ne s’est pas faite en un jour. Une nana harcelante, un ex ombrageux finiront par lasser, si vous savez rester sereins. Le Temps est un grand médecin, dit-on, et transforme le mal en bien. N’oublions jamais que tout est impermanence, évolution, changement, même imperceptible.

Et penser positif, parler positif, car le Verbe a un pouvoir de création, c’est déjà se projeter dans un avenir neuf, lavé des affres du passé.

Nous évoluons sans cesse, dans un espace tri-dimensionnel : c’est pour cela que nous devons toujours faire le travail de nous positionner fermement. Hors de question de laisser un ex faire de l’ombre à son soleil. Etre deux à le penser et le mettre en pratique forcera la porte de la Liberté.

Enfin, si la situation persiste et met vraiment votre couple en danger, ne pas hésiter à voir un thérapeute. Il est souvent le dernier lien manquant, l’innovation pour ceux qui n’en avaient cure. Il peut être un révélateur de la crise sous-jacente dont on n’avait pas vraiment pris conscience. Cela réduit les désirs destructeurs, comme celui, fréquent, de monter vos enfants contre votre ex en lui révélant des détails peu croustillants sur votre intimité passée ( papa avait des maîtresses, maman n’avait aucun goût pour le rapport charnel). Laver le linge sale en famille et devant un psy, c’est mieux que de se répandre en lamentations, ou pire, en colères pharaonniques.

Le calme est souvent l’atout majeur du jeu de la vie. Le trouver, le retrouver, c’est aborder mieux les situations, et aboutir à la fin du conflit. Restons zen !

L'auteur : Quinquageniale

"C'est finalement au plus fort de l'hiver que j'ai compris qu'il existait en moi un invincible printemps".