Quinquagéniale.fr
régime

Le régime Dukan : pourquoi je suis pour

Avis à toutes mes copines qui ont 20 kg à perdre, ou même moins et pourquoi pas à ces messieurs, le régime Dukan, c’est le bon ! Quelques idées reçues et une cabale bien menée contre la réussite incontestable de ce que Pierre Dukan a mis en place, perturbent souvent, je l’ai constaté, les personnes désireuses de suivre un régime amincissant !

Le régime Dukan, c’est un régime facile à suivre, ce qui n’est pas le cas de beaucoup de ceux qui l’ont précédé ! et il n’endommage pas plus votre santé qu’autre chose ! la fonction rénale en particulier : il suffit de le suivre à la lettre, c’est à dire de boire beaucoup de liquide.

L’idée générale de Dukan, c’est se ré-approprier une manière plus saine de manger, tout simplement. “Je ne sais pas maigrir”, est la résultante du fait que l’on ne sache pas s’alimenter. C’est bête, mais c’est la réalité ! Petite mangeuse, appétit d’oiseau, etc, j’ai d’abord fait des régimes pour grossir ! En particulier, la diététique super-énergétique du Dr. Atkins, très à la mode en ce temps-là, puis celui de Rika Zaraï pour m’aider à me sevrer de sucre. Tout marche, il est vrai, du moment que l’on a la volonté de suivre un régime.

À la petite cinquantaine, comme beaucoup, mon rythme de vie ayant été bousculé par des problèmes personnels, et le manque de temps accordé à une véritable hygiène de vie, j’ai constaté avec surprise sur  mes photos, que j’avais enflé. Mes épaules étaient devenues celles d’un docker. Je me sentais grosse, alors que je n’avais pris que 6 kg, mais 6kg, pour une petite nature, ça devient vite beaucoup ! J’avais toujours été mince et je me retrouvais obligée de porter du 40 ! je n’avais eu aucunement le problème de m’habiller, de toute ma vie. Là, il me fallait ruser. Lorsque j’ai pris conscience que le chocolat était mon pire ennemi, ainsi qu’une vie absolument sédentaire, j’ai réagi.

C’était chez ma coiffeuse. Tout le salon parlait des bienfaits de Dukan. Alors j’ai acheté le bouquin. J’ai commencé. Je déménageais, ce qui était une excellente chose :  enfin, je me remuais. Parce que j’aime faire les choses bien, j’ai aussi pris le coaching Dukan, sur le net. Être suivi n’est pas absolument nécessaire, mais ça peut être une béquille en cas de stagnation, ou de tentation. Le régime Dukan c’est également réapprendre à cuisiner. Au bout de 3 semaines sans gras, sans sucres, j’ai observé que moi, qui avais une peau  à tendance acnéique, j’avais récupéré un teint sans défaut. Et surtout, nauséeuse depuis toujours, je n’avais plus mal au coeur ! (en particulier le matin au réveil).

Depuis des années, je cherchais à m’alimenter différemment. Mais végétarienne, pas pour moi ! L’idée reçue concernant Dukan c’est d’ailleurs que l’on ne mange que de la viande ! C’est absolument faux, sauf si l’on résume les protéines à de la viande.

Avec Dukan, la possibilité de varier est bien présente, ce qui facilite de beaucoup le régime. Qui n’en a guère que le nom car on mange en quantité plus que suffisante et même énormes. Jamais ma famille ne m’avait vue ingurgiter autant ! Au bout de 4 mois, j’étais redevenue svelte et fine, j’avais le sentiment d’être de nouveau jeune, jeune fille même. Cela fut une très bonne expérience, car j’ai appris à marcher, simplement. Une demi-heure par jour suffit.  Cela m’a redonné le goût de la promenade, le goût de regarder de nouveau autour de moi, la nature, les arbres en fleurs, découvrir des endroits, ce ne fut un effort que dans très peu de moments. Mais comment y arriver ?

Mes conseils pour ne pas louper le régime et en tirer tous les bienfaits :

– D’abord, il faut réfléchir au temps que cela va prendre. Dukan, ce sont des recettes sans grande difficulté, mais que ce soit la crêpe du matin, ou le poulet au petit suisse et curry, il faut un minimum.
. Ne le commencez pas en période où votre patron a décidé de vous nommer enfin ! chef de service, ni si votre belle-mère doit rentrer à l’hôpital et que c’est vous la désignée à son chevet.

– Ensuite, calculer un budget : Dukan, et d’ailleurs il le rappelle dans son livre, ça a un prix. Les protéines et les légumes aussi. Cela vous sera rendu au centuple lorsque vous pourrez de nouveau rentrer dans un pantalon de deux tailles en dessous.

– Quand on a peur de craquer, quand la vie s’emmêle (divorces, stress au travail, ados qui vous mènent la vie dure), il est préférable de prendre le coaching. 18 euros par mois, ça ne tue pas, et ça motive : il faut amortir. Les autres Dukanettes sont aussi là pour vous soutenir. Les blogs autour de Dukan sont innombrables. Les  forums et le chat en direct avec Dukan pour vous recadrer, ça fonctionne. Et on a chaque jour son petit laïus personnalisé, qui vous fait vous sentir importante ! ses menus sur mesure et sa diététicienne. Le luxe !

– Si malgré tout on craque : tablette de crunch, pain, et autres aliments proscrits, surtout en période de croisière, ne pas s’affoler. La vie, ce n’est pas que des  réussites sans faille.
Laissez-vous aller, sans culpabilité et reprenez plus sérieusement deux jours après.
Cela suffit souvent.

– Ne surtout pas louper la phase consolidation, à mon sens, c’est là que tout se joue. C’est la troisième étape, celle où pour chaque kg perdu, on consolide avec dix jours par kg perdu. Celle aussi, suave, où l’on retrouve le droit de manger comme bon nous semble, un repas dit de gala : une entrée, un plat, un dessert, paella, couscous, daube de votre grand-mère et là c’est voluptueux, carrément !

J’ai adoré cette période où j’ai retrouvé un vrai plaisir à manger, moi qui ne grignotais plus que mécaniquement, devant la télé,  ou pire debout, téléphone en main, en train de lancer une lessive de l’autre. Cette étape préfigure un retour à une normale, tout en ayant intégré deux principes fondamentaux : ne plus jamais retourner aux graisses à outrance, ni aux sucres, surtout raffinés.En adoptant cette habitude, on chasse les mauvaises, et avec elles, la masse d’eau qui déforme une silhouette.

Ce qui a changé depuis la stabilisation définitive (4ème étape du régime)

Depuis Dukan, je m’hydrate beaucoup plus, moi qui ne buvais pour ainsi dire jamais dans la journée, infusions, thés, eau, sodas à 0 pour cent. J’ai conservé d’ailleurs l’habitude du 0 pour cent en yaourts et autres produits. J’ai conservé le fait de manger des légumes accompagnant ma viande, je n’aime toujours pas le poisson, mais il m’arrive de consommer du saumon frais, en carpaccio. J’ai gardé et c’est là que c’est miraculeux, l’habitude de fuir les ascenseurs, en période de croisière je recherchais les escaliers ! et je laisse dès que possible la voiture, pour la marche à pied. Cela économise l’essence, et dépollue, et surtout, moi qui ne suis absolument pas sportive, ça m’oxygène et me régénère.

En outre,dès qu’un aliment est trop sucré, ou trop salé, je le ressens. Mes papilles gustatives étaient comme engourdies, avant.

Je me suis affranchie des daubes de maman, par ailleurs excellentes, des pied et paquets à Noël (je suis du Midi), de tout ce qui mijote lourdement ! Sans culpabilité : mon corps m’avait suffisamment prévenue et pendant de longues années. En prenant de l’âge les goûts changent, comme notre mental, ou notre physique. C’est normal et ça ne devrait pas poser problème. Si votre famille ne vous suit pas, aucun souci : Dukan c’est délicieux et souvent vous verrez que ceux qui y goûtent veulent réessayer.

Faites à vos copines hésitantes la recette suivante : mélangez une cuiller à café de curry à deux petits suisses 0 pour cent, tailladez vos cuisses de poulet avant de les enduire de ce mélange : mettez au four, une délicieuse odeur s’empare de toute la cuisine et ce plat, ultra-simple est apprécié de tous (ne pas oublier d’enlever la peau !).

Pour  nous quinquas, ce régime n’a rien  de frustrant, il ne préfigure pas la vieillesse ennemie !
Il nous rappelle simplement à une sagesse, à une meilleure hygiène, et surtout, merveille des merveille, on ne peut plus se passer du son d’avoine quotidien, gardien de votre minceur, seul aliment amincissant au monde ! Le prendre en bouillie le matin, c’est retourner à la blédine de votre enfance, et surtout ça vous leste pour toute la matinée.

Toujours pour les quinquas menacées par la rétention d’eau, vous verrez vos épaules et vos cuisses s’affiner comme rien. Mieux que la muscu, la course à pied, l’aquamarche et tout le toutim synonymes d’efforts transpirés, pour ceux qui n’ont pas la fibre sportive, Dukan, reste le meilleur.

Je crois aussi, mais ça c’est mon petit doigt qui me l’a dit, que si Dukan dérange, c’est qu’il a réussi où tant d’autres ont échoué ! Et je tiens à préciser, que ayant des problèmes de santé, je ne me suis jamais sentie aussi en forme qu’après mon régime. Et ça persiste.

Dernière précision non négligeable : Pierre Dukan est médecin, j’ai souvent eu la surprise d’entendre que c’était une sorte d’apprenti-sorcier qui faisait des mixtures dans sa kitchenette !

Moralité : on n’entend jamais que ce qu’on veut bien entendre et la motivation restant la clé de votre réussite, en tout, essayez et vous verrez !

L'auteur : Quinquageniale

"C'est finalement au plus fort de l'hiver que j'ai compris qu'il existait en moi un invincible printemps".