Quinquagéniale.fr
Hieronymus Donnovan

Interview : Hiéronymus Donnovan, l’auteur que lisent nos enfants

Faisant exception à la règle, c’est un trentenaire que j’ai souhaité vous présenter aujourd’hui ! Nous le savons : my quinqua est riche d’expériences, mais il fut jeune et il m’apparaît que rendre hommage à Hieronymus, talentueux écrivain en pleine ascension, nous rappellera nos rêves de jeunesse. Portrait d’un auteur qui promet et qui permet de savoir ce que lisent nos enfants !

Que faites-vous dans la vie ?

Je travaille à 80% dans une médiathèque section romans et bd jeunesse (achats, mise en rayon et conseils). Mais avant ça, tôt le matin, j’écris des romans et divers. Puis, le reste de mon temps, je m’occupe de ma famille : ma femme et ma fille.

Ça vous plait ?

Oui, je fais exactement ce que j’avais envie de faire. Même mon travail “alimentaire” est très plaisant. Bien entendu, j’aimerais vivre uniquement de l’écrit, mais pour l’instant, je n’ai pas à me plaindre.  Je passe beaucoup de temps en famille et c’est le plus important.

Quel était votre rêve à 20 ans ?

A peu près de vivre ma vie actuelle. Je m’applique pour réaliser mes projets. Il faut savoir être patient, avancer pas à pas.

Et maintenant ?

Continuer sur cette voie, apprendre des réussites comme des erreurs. Bien s’entourer pour atteindre  ce qui me semble être un objectif plutôt qu’un rêve.

Célibataire ou en couple ?

En couple depuis presque dix ans, pacsé depuis 5 ans. Une fille de bientôt 3 ans.

Avez-vous suivi des études ou étiez-vous poursuivi par elles ?

Je n’étais pas vraiment fait pour les études. J’ai pratiquement tout appris à coté, dans la lecture, le cinéma… J’ai tenu jusqu’au bac en adaptant mes choix à mes passions ! Une seule année de Deug  où j’étais plus souvent dans la bibliothèque universitaire.

La meilleure période de votre vie ?

Je suis un peu jeune pour le dire. Mais, je reviens souvent sur une période clé et d’ailleurs, ça peut choquer. C’était entre 2001 et 2002. Après avoir travaillé pendant deux ans, je me suis retrouvé au chômage. J’ai alors bénéficié d’une certaine somme pendant onze mois. Et j’ai profité de ces onze mois pour me nourrir de livres, de musique et de dvd (et beaucoup de pâtes !). J’ai aussi pris le temps d’écrire. Un scénario surtout, qui m’a donné l’occasion d’obtenir deux aides : le Clap et le Défis Jeune, me permettant de récolter de quoi financer un court métrage que j’ai réalisé. J’ai donc appris à me poser pour travailler mes projets.

La pire ?

Quand j’étais coincé en cours. Mais avant et après, c’était bien !

Êtes vous plutôt remords ou regrets ?

Ni l’un, ni l’autre. J’essaye de penser en amont de mes actions.

Décrivez vous en 3 mots ?

Je suis nul en entretien d’embauche car je n’ai jamais de réponse valable à cette question !

Ce que l’on dit de vous, le plus souvent ?

Je dirais : inventif, original, talentueux, sérieux ou encore ambitieux. Avec le sourire, on me dit aussi souvent que je suis ailleurs !

Vos objectifs des 5 prochaines années ?

D’autres publications, des nouvelles et des romans. Faisant suite à Real TV ou pas… Real TV est également devenu un scénario et nous travaillons actuellement à trouver le bon producteur. Le plus grand challenge est d’élargir le cercle de mes lecteurs. Et de bien sûr de sortir du lot  dans ce milieu de l’édition qui est en pleine mutation.

Pourquoi nos enfants aimeront votre roman ?

Car il parle de leur jeunesse et fait référence à la culture avec laquelle ils ont grandi. Real TV replonge au coeur des années 90 et de l’esprit adolescent de l’époque, facilitant l’identification aux personnages principaux. Ce roman regorge de rebondissements et ne donne qu’une envie : connaitre le fin mot de l’histoire !

Les quinquagéniaux que nous sommes pourraient-ils apprécier aussi ?

Ce serait une bonne idée. Plusieurs lecteurs de votre âge se sont lancés dans la lecture de Real TV. Franchement, je ne pensais pas qu’ils aimeraient. C’était une erreur. Lire ce roman fut un bon moment pour eux et pour plusieurs raisons : Ils y ont revu leurs enfants puis ont été happés par l’intrigue. Ils me félicitent aussi pour l’écriture fine et l’humour du roman.

Un petit résumé de votre dernier roman ?

1993. C’est l’époque où l’Amérique fascine, où un certain Tarantino commence à faire parler de lui, où les ados matent les Vendredi 13 et où le marché des consoles de jeux explose. C’est aussi le moment où, à l’image de son icône Nirvanesque, toute une génération désenchantée s’engouffre dans le grunge, les cheveux gras, les chemises à carreaux…

Dans une cité minière du nord de la France, Rémi et Arnaud, 15 ans, sont bien de leur temps : Rémi passe des heures à jouer à Mariokart et Zelda , Arnaud à écouter Faith no more et Fugazi. Alors vous pensez : un week-end sans les parents, c’est l’éclate assurée ! Mais rien ne se passe comme prévu. Des télés qui implosent, d’autres qui diffusent des images dérangeantes, voire carrément flippantes… Et voilà un week-end de folie qui se transforme peu à peu en série noire.

L'auteur : Quinquageniale

"C'est finalement au plus fort de l'hiver que j'ai compris qu'il existait en moi un invincible printemps".