Quinquagéniale.fr
29eoyt0

Etre belle avant l’été : mission très possible

La globalité ne fait jamais de mal. C’est le détail qui tue ! Pendant la toilette, en fouillant dans son dressing, quand la petite jupe sympa de l’an dernier vous serre à la taille, l’on a tendance à paniquer. L’été est à nos portes et même s’il ne se précise pas vraiment, ce mois de mai, l’on sait que bientôt il y en aura de plus bronzées, de plus minces, de plus pin-up quoi !

Comment rejoindre le peloton de tête ? Pas de panique surtout. On a encore le temps d’affiner sa silhouette et de projeter un long été de bonheurs pluriels à se plaire d’abord à soi-même, avant d’être celle que tout le monde s’arrache !

Mes conseils pour une agréable transition :

La peau d’orange s’est installée, les capitons nous capitonnent… résultat de trop de sédentarité ! Il est temps de chausser ses baskets et de faire de grandes balades, de s’aérer et l’esprit et les pores : de retour  une tête plus vide et un léger hâle et on se sent déjà mieux dans cette peau qui a souffert d’être enserrée dans des vêtements moulants, ou trop ajustés : laissez de la liberté à ce corps qui a besoin d’exprimer ses angoisses autrement qu’en se jetant sur la tablette de Crunch et hurle désespérément à l’aide !

Le dressing de l’été :

Ce sont avant tout des matières fluides, de préférence naturelles : le lin, le coton, la soie. Tout ce qui permet de se sentir belle en un clin d’œil mais en sentant que nos membres sont enfin libres de remuer à  notre gré, nos jambes d’être légères ! Pour cela les jupons, longs ou courts, les tops sans chichi mais classe, sont à privilégier. Les pantalons flous, les crépons ultra-légers, la robe macramé, toutes ces petites choses qui enlèvent une tonne de rigueur sont à privilégier. Cette année, on fait dans la dentelle, c’est le cas de le dire, et ça bouillonne de tous côtés, alors ne vous en privez pas : vous resterez féminine tout en sentant de nouveau la vigueur de vos 20 ans dans vos gambettes brunies !

Je reviens là dessus sur un thème qui m’est cher : les chaussures ! ni trop hautes, ni trop basses, mais confortables de façon à être à l’aise en toutes circonstances : rien de pire que d’avoir l’air crispé à un mariage, ou une soirée piscine, quand vos pieds crient vengeance, rouges et bouffis, avec ampoules sanguinolentes ! ayez toujours dans votre trousse à maquillage des pansements pour stopper l’irritation, au moins ça !

Pour  les plus prévoyantes, dont je suis, une petite trousse à pharmacie, pour parer aux migraines, crises de spasmo, coups de soleil (natrum muriaticum si insolation), coups de blues (il vous lâche aux portes de l’été) , le mufle !

 La cuisine de l’été :

Sans parler encore de régime, on a bien pris un ou deux kilos en se vautrant sur son canapé devant The Voice, ou pire, devant son ordi à chercher l’âme sœur. Plaidons non coupable, le temps ne se prêtait guère à des randonnées périlleuses, sauf pour les intrépides, et nous nous sommes lovées sans lover, avec un bol de soupe en sachet et la bombe de crème chantilly sur ses fraises : ouh les vilaines !

Pour rééquilibrer le système, mangeons plus sain, sans se priver !

Remplaçons l‘huile d’olive, très prisée et pourtant pas plus inoffensive qu’une autre, par du citron ! dans les salades, pour parfumer, pour mincir quoi !

N’oublions pas ce qui est naturellement amincissant (en dehors du son d’avoine), comme le persil, le vinaigre, souvenirs de la méthode Dukan, que je retrouve avec bonheur ! Faire une sauce au yaourt, à 0 pour cent, ne coûte rien et élimine les graisses responsables de vos bourrelets ! On peut dire ce que l’on voudra sur Dukan, il n’a pas tort : ce n’est pas ce que l’on mange qui fait grossir, à priori  : c’est ce que nous mettons en sus sur nos aliments : alors exit, les parmesans, l’emmental râpé, les frites et autres cacahuètes ! on peut faire un apéro sympa à base de crudités et évidemment ne pas forcer sur l’alcool, ça limitera toujours les dégâts !

Une salade complète vaut mieux qu’un friand : alors prenez dix minutes pour faire un mix, du type : mâche, tomates, mozza, oignons, jambon cru ! j’ajoute ce que j’ai sous la main : cerneaux de noix, souvent, et raisins secs. On peut aussi y  mettre un œuf dur. Une salade de ce type accompagnée, d’un bol de fruits coupés, ou un dessert type mousse de fromage blanc à 0 pour cent, et ça passera mieux dans votre estomac, pour reprendre le travail après votre pause.
Ma recette préférée, rescapée de Dukan : mettre dans une poêle, un cube de bouillon dégraissé, deux belles tomates; de l’ail et du thym avec un oignon émincé. Sur ce lit qui va vite confire, déposer deux cuisses de poulet, et retourner de temps à autre, le temps que cela soit bien cuit. Il faut seulement veiller à ce que ça ne sèche pas, en rajoutant un peu d’eau si besoin.
Ne pas oublier d’ôter la peau du poulet : cette recette est délicieuse et convainc tout le monde, express elle est peu coûteuse et a un goût très agréable d’été et d’aromates !

Pour les pressées, activer avec un draineur minceur – il y en a d’excellents dans toutes les pharmacies – histoire de se sentir accompagnée sur le chemin de la reconquête du corps.

La sveltesse ne peut s’obtenir sans liquides : le dira-t-on jamais assez ? alors buvez ! du soda à 0 pour cent, type Taillefine,  de l’eau minérale, des thés et des tisanes, du sirop également à 0 pour cent.
Eliminez le maximum de sucres raffinés, y compris sur vos desserts, préférez la Stevia, si vous avez des doutes sur l’Aspartame, ou le sucre roux au sucre blanc.
Le sucre menace votre peau, vos dents, sans compter vos artères.

Se faire plaisir une fois de temps à autre surtout : c’est l’ordonnance du docteur, se lâcher un tant soit peu pour la communion de votre neveu ou le pot de départ de votre meilleure assistante. Ce n’est pas ce qui vous fera chavirer côté balance.

 Enfin, les résolutions de l’été :

Amincie, bronzée, raisonnable, tout cela ne suffit pourtant pas à faire de vous la femme à laquelle s’identifier ! N’oublions pas de réconcilier le corps et l’esprit, chose essentielle que l’on laisse volontiers de côté par manque de temps et de discipline.
L’été c’est la bonne période, pour recommencer à se cultiver, essayer de nouvelles choses, pratiquer un art de vivre, revoir sa déco, ou faire appel à un paysagiste qui fera de votre jardin un vrai paradis.

Il y a toujours de bons plans, les demander à sa meilleure amie, celle qui obtient toujours la gratuité partout : si, si, cherchez bien, il y en a une !

Bougez et collectionnez les sensations :

Voyager ne coûte pas si cher, il est temps aussi de chercher des lieux de rêve à visiter et de farnienter. Beaucoup de personnes font de leurs vacances un marathon épuisant pour eux et leur entourage : ne tombez pas dans le piège ! Prenez du temps pour ne rien faire. C’est le plus difficile à atteindre que cet état de béatitude, tellement nous sommes programmés pour être efficaces ! et pourtant c’est par des exercices simples que l’on finit par y prendre goût et ne plus pouvoir se passer d’instants bien à soi.
Un exemple basique à faire partout : se tenir le tronc droit, gonfler son ventre en comptant jusqu’à cinq, retenir sa respiration également jusqu’à 5, et enfin souffler par la bouche sur 5 temps.
Cet exercice permet instantanément la détente et remet les énergies en place. (A essayer aussi en cas de crise de panique).

 Paresser et engranger : c’est dans ces moments magiques où le temps semble s’arrêter que nous évoluons souvent plus vite que pendant X séances de psychothérapie ! Pourquoi ? tout simplement parce que l’on prend l’instant présent et qu’on l’intègre dans le paysage pour assimiler avec sérénité un bloc de sensations trop compact, stocké là depuis trop longtemps !

Ainsi les situations nous apparaissent avec clarté, et nombre de décisions raisonnables découlent de ces temps « morts » qui sont tout sauf cela.

Voilà ! un bon bouquin à savourer les pieds en éventail, l’assurance d’une vraie pause dans le tourbillon quotidien, et c’est déjà le bonheur !

Bonne route, amis !

 

L'auteur : Quinquageniale

"C'est finalement au plus fort de l'hiver que j'ai compris qu'il existait en moi un invincible printemps".