Quinquagéniale.fr
gbcahcjc

Maman solo, enfant bobo : élever un enfant seule, ça se gère ?

Je suis de ces mères qui ont dû élever un enfant seule. Famille monoparentale, cela va bien au delà de ce que les mots veulent dire. C’est une mission. Retour sur un parcours pas simple. Mais le recul y est. 24 ans après. 24 ans de combat, de premières fois, de larmes quelquefois, pour finalement se dire : et si la vie, nous échappait plus qu’elle ne se gère ?

Que l’on soit un fonceur de base, ou un philosophe assagi, que l’on croit en un destin, ou pas, élever un enfant seule n’est pas une évidence.
La chanson de J.J Goldman : Elle a fait un bébé toute seule, laissait percevoir que c’est un choix. Pour moi il fut imposé. Par un homme qui ne se sentait certainement pas digne de sa progéniture. Je ne l’excuse ni ne le condamne. Je pense tout simplement qu’un jour ou l’autre, chacun est face à sa conscience. Et qu’elle nous rattrape, avec un lasso si besoin. Ce jour-là, on paie une addition lourde de toutes ses conséquences…
Faire un enfant, est la conséquence qui de tous nos actes, reste la chose de notre vie qui change tout. Là encore, ce n’est pas par choix : c’est dans l’ordre naturel des choses.

Mon fils avait huit mois lorsque son père est parti. Sans laisser d’adresse. J’étais sans travail, de santé délicate, et ce couperet que je sentais au dessus de ma tête pendant toute ma grossesse – non programmée – est tombé. J’étais sonnée, comme un boxer sur un ring. Ce que j’ai fait par la suite, ce que j’ai fait aussi tout de suite, c’est par pur instinct. Je ne savais rien des enfants, j’étais fille unique, je n’avais que très peu de repères. Mais ce que je sais aujourd’hui avec la plus absolue certitude, c’est que l’amour maternel est le meilleur des guides. J’ai voulu bien faire, c’est à dire faire du bien. J’ai voulu faire mieux que bien. Parce que, lorsque l’on est seule avec son bébé, on n’a pas le droit de faillir à la tâche.

J’ai dû retourner chez mes parents, qui m’ont accueillie à bras ouverts, le bébé et moi. Je suis retournée, à 28 ans, dans ma chambre de jeune fille. Tout était resté à la même place. Sauf que maintenant, le bureau servait de table à langer, et que à côté de mon lit, une autre vie, un autre cœur battaient. Que ce bébé qui me regardait yeux dans les yeux, avec une insistance certaine, comme s’il attendait tout de moi, allait devenir le centre de tous mes actes, le moteur de toute action. C’est peut-être ce que l’on nomme : le sens des responsabilités, mais je crois surtout, que lorsque l’instinct maternel se met en branle, rien ne peut arrêter son cheminement.
Il contient les élans, les joies, les peines, les erreurs aussi, car on fait pas mal d’erreurs au nom de cet amour.

Parlons des moyens de les éviter.

L’investissement :

Pas facile de savoir lorsqu’il commence, où s’arrêter. Seule avec un enfant, on a souvent le sentiment que l’on n’y suffit pas. On se sent débordée, par les tâches diverses mais aussi et surtout, le lien que l’on tisse est si fort qu’il ne permet guère de vivre autre chose. Cette fusion dure et nous en sommes ravies. Puis le temps, la fatigue, font naître une interrogation : la vie se résume-t-elle à cet enfant qui nous attire, et est tout pour nous ?

C’est la nécessité qui résout le problème. Il faut bien sortir un jour de ce cocon mère/fils pour aller gagner son pain de nouveau, et ça s’avère difficile. Les culpabilités entrent en jeu avec force. Laisser ce bébé, déjà victime d’un abandon, à quelqu’un d’autre semble au dessus de nos forces. Mais on le fait. Un des premières choses à apprendre en tant que maman solo, c’est savoir partir. Savoir abandonner, aussi, ne fût ce que la journée, cet enfant.

Et conduire sa voiture en larmes jusqu’à un boulot pas simple (voyante sur un réseau, donc vouée à entendre 8 heures par jour les misères des autres), pour pouvoir se dire que le gosse  va pouvoir aller au ski, comme ses petits camarades de classe.

C’est ce que l’on appelle, doux pléonasme, avoir des sentiments partagés.

L’entourage :

Il se révèle très vite être la solution. Dans cette situation, une jeune maman sympa et dévouée, avec un enfant tout neuf qui n’a pas eu de chance, ça rassemble les bonnes volontés. Là dessus, on est gagnantes. J’en profite pour dire et redire merci à toutes les personnes qui de près ou de loin m’ont accompagnée sur cette route sinueuse. Sans elle, je n’y serais jamais arrivée. De la copine qui vous garde votre gosse une demi journée pour que vous puissiez récupérer, au pédiatre investi qui a à cœur de vous conseiller et y met tout son art ; parmi  tous les voisins, amis, famille, alliés de tous horizons, autres mamans surtout, il y a toujours quelqu’un pour être là.

J’ai découvert, dans les pires moments, et il y en a eu, que je n’étais pas seule, même si au fond de moi, ma détresse me le criait.

La subjectivité :

Se méfier justement de ces contradictions, de ce qui tire vers le bas. La sensation de découragement, la notion d’impuissance ne sont que des faux semblants. Élever un enfant seule, développe au contraire un indéniable esprit d’initiative, en plus de votre relationnel qui s’améliore avec le temps, car les erreurs exigent réparation ! on sait s’entourer mieux, on identifie plus vite, les bons des moins bons. Bref, on apprend à s’affirmer. La chatte protège son chaton, et de ce fait, doit apprendre à se protéger elle-même.

Savoir s’économiser :

La notion de sacrifice vient spontanément à l’esprit, celui des autres, qui vous qualifient volontiers d’héroïne. Mais aussi au vôtre, car il est vrai que jongler avec un emploi du temps restreint, finit par jouer sur vos nerfs donc votre équilibre. Plus de temps pour soi, se faire un masque ou voir des amis. On fait l’impasse dessus très volontiers. Au début. Parce que c’est pour la bonne cause.

Puis le moment vient des rancœurs, des regrets, non pas envers cet enfant qui capte toute votre énergie, mais bien envers le père absent, le géniteur malgré lui. La femme disparaît lentement derrière le personnage de cette mère attentive et dévouée, mais lasse. Pendant ce temps, on a le sentiment que la vie court, qu’elle passe vite et bien,  pour ces autres qui ont la chance de pouvoir compter sur un homme responsable.

Alors que ces autres femmes vous envient précisément ce qu’elles croient être votre indépendance, farouche !

On veut toujours ce que l’on n’a pas, c’est bien connu !

Quand tu n’as pas ce que tu aimes, aime ce que tu as !

J’ai fait mien peu à peu ce précepte de Francis Scott Fitzgerald.Il peut être fort utile en temps de crise psychologique et de remise en question ! Ainsi ai-je acquis une indépendance et une liberté que peu ont eu le temps ou le désir conscient d’appréhender. Moi qui ai été élevée avec des idées d’après-guerre : la femme devait être soumise, femme d’intérieur, attendant le salaire de son mari en récompense de ses bons et loyaux services, j’ai fait figure de Pasionaria avant-gardiste, femme guerrière qui allait ardemment au combat, ne gardait que peu de partenaires (et pour cause, les hommes désirant s’investir en tant que pères de substitution ne sont pas légion) et malgré les difficultés, menait sa vie tambour battant !

La réalité est bien différente, pour ne pas dire inverse ! cela me fait sourire aujourd’hui que le temps a passé, que les erreurs d’appréciation ont été payées, que mon fils est « grand » et prêt pour le rude corps à corps avec la vie.

Si c’était à refaire ?

Est-on victime de soi ou bien des circonstances ? c’est l’éternelle question à laquelle il ne m’est pas plus aisé qu’à une autre de répondre. Je crois en des valeurs, en l’authenticité. Intègre, il ne m’a pas paru possible d’élever mon enfant autrement, étant donné l’attitude de son père.
Cela m’a coûté sur le plan finances (jamais de pension alimentaire en 24 ans) et surtout sur celui de la santé. Serais-je parvenue au même résultat s’il y avait eu de ma part plus de fantaisie , ou tout au moins de relâchement ? c’est possible.

Je pense cependant, quinqua que je suis, que l’on « fait » selon sa nature profonde. On ne se refait pas. La mienne était sérieuse, alors il est dans une certaine logique que les choses sérieuses soient venues à ma rencontre, et qu’elles aient fui l’autre bord.

Si vous élevez seule un enfant, afin de ne pas lui faire porter toute sa vie le poids de votre responsabilité – c’est vous l’aîné des deux – n’oubliez jamais de lui parler de l’amour qui fut à la base de votre « choix ». Parce que l’amour peut tout,  mais en quantité comme en qualité, il en faut vraiment beaucoup pour s’en montrer digne.
Élever un enfant seule ? Oui ! Seulement,  en ces termes, je ne parlerais pas de gestion. L’amour maternel est une chose invisible et impalpable, un vrai mystère et encore autre chose, d’indéfinissable. On ne gère pas l’amour, on le donne. On peut faire face à une situation compliquée, mais quand la vie d’un enfant est en jeu, sa vie psychique, intellectuelle, parfois physique, on ne peut espérer qu’en terme d’amour. Et se dire qu’il vaincra.

Bon courage à toutes les mamans solo !

Cet article est dédié au pédiatre de mon fils : le docteur Loiseau, qui nous a quittés voici quelques années et a été  pour nous un guide bienveillant,  médecin hors pair et  grand être humain. Dieu puisse-t-il  veiller sur lui, comme il a veillé sur chaque enfant qui lui a été confié sur cette terre.

 

 

 

 

 

L'auteur : Quinquageniale

"C'est finalement au plus fort de l'hiver que j'ai compris qu'il existait en moi un invincible printemps".

  • mery

    C’est un très beau témoignage… J’en ai eu les larmes aux yeux… Vous êtes une femme et une maman exceptionnelle et votre fiston a une chance inouïe d’avoir une telle maman. Je suis également maman solo et je me suis reconnue à travers vos lignes… Très touchant, 1000 mercis

  • Myosotis

    Merci pour votre témoignage qui m’aide à voir au-delà de cette soirée de mélancolie… Maman solo d’un petit garçon de 3 ans en pleine période d’opposition…

  • Ophélie

    Merci pour ce témoignage qui décrit parfaitement chaque sentiment que je ressent… La fatigue, l’épuisement, la culpabilité de ne pas être la mère que j’aurais pu être pour elle, si je n’avais pas été toute seule…. Elle paye le prix de mes choix… Ça me redonne de l’espoir.
    J’espère qu’elle me pardonnera mes erreurs, mes coups de fatigue, mes crises de nerfs quand la vie est trop dure…

    Mais la vie continue et ma fille avant tout !

    Merci