Quinquagéniale.fr
frozen-rose

Transition : du blog intime à l’intime conviction

Bonjour les amis ! Voici bien longtemps que Quinquagéniale n’était venue vous retrouver, et elle le fait avec le plus grand plaisir ! En ces temps de fêtes, la fin de l’année nous résume, comme un film, les temps forts et les moments de faiblesse, les surprises, les bonnes, les moins attendues, celles dont on se serait volontiers passé, mais surtout, l’immense potentiel de ces choses, non activées, qui réduisent parfois le champ de notre activité.

J’aimerais à ce titre, vous dire un grand merci. Pour diverses raisons, en partie technique, je n’ai pu prendre connaissance de vos commentaires  à temps, et lorsque je l’ai pu, j’ai été envahi d’une vague que je connais bien, et qui s’appelle la gratitude. Merci pour vos témoignages, vos indices de vie, merci d’avoir laissé votre trace écrite, et dans cette collaboration, je vois les prémices d’une autre tranche de vie à découper et à savourer sans modération !

Vos critiques se sont révélées constructives, et je parlais de potentiel, encore une fois m’a sauté aux yeux, ce réservoir prolifique, ô combien, de tout ce que nous ne disons pas, ne faisons pas, n’exploitons jamais !

Ce blog a été conçu pour les quinquas, bien que d’autres s’y retrouvent, au départ. Il se voulait un regard panoramique sur ce que nous avions accompli jusque là. Un demi-siècle panoramique sur ce que nous étions devenus.

Je peux dire que même s’il manque toujours quelques pièces au puzzle, nous pouvons êtres fiers de ce que nous avons posé.

Loin des blogs branchés à donf,  Quinquagéniale a forgé un lien, qui est d’abord interpersonnel. L’intérêt de la vie réside dans la réconciliation avec soi-même, et si l’on n’a pas été blessé, ce qui est rare, au moins dans l’unité que nous représentons.

Il y a eu un ralentissement, voulu, dans mes publications, car avant tout, il faut vivre !

Il faut vivre des expériences, des moments, des intensités, des défaites, des remises en question, des remontées et des retombées : avoir 50 ans aujourd’hui, c’est peut-être finalement se dire que ce qui restera de nous, à l’hiver de notre vie, ce seront ces gens que nous avons aimés, et qui nous auront, ô miracle, rendu la pareille…

Nous nous attardons souvent à ce qui nous manque. c’est humain et pas si négatif qu’il n’y parait.

Avoir 50 ans, c’est remettre à aujourd’hui ce que nous aurions pu et dû faire la veille, et les trente dernières années !

L’unanime conviction qui se réduit à : Je n’ai plus de temps à perdre, je la retrouve dans chaque rencontre, conversation, parfois seulement dans un regard, avec un quinqua.

J’aimerais dire que ce temps sans vous n’a pas été perdu. Il a seulement renforcé une conviction, qui est que la volonté et le courage de s’en sortir, dans un monde aussi fou que le nôtre qui produit des maladies en tout genre, restent la base de notre évolution. D’espèce et d’individu.

J’aimerais aussi souligner, que mes articles sur la fibromyalgie ont voyagé loin ! les partages ont été nombreux et sans doute ont-ils aidé des personnes à se situer, à trouver un semblant d’espoir pour se colleter avec ce monstre, et peut-être même à trouver une autre manière de vivre, moins douloureuse.
C’est ce que je souhaitais au fond de mon cœur lorsque je les ai écrits.
Je n’ai nulle autre prétention et ne suis pas le chantre de la fibro, toutefois. Dans une vie, parmi les coups du sort qui peuvent frapper, la fibromyalgie, si douloureuse soit-elle, n’est pas le pire.

Quinquagéniale c’est un blog et des conseils, c’est un témoignage surtout, d’une vie passée auprès des autres, à les écouter et à les soutenir, à essayer de les comprendre. C’est cette authenticité que j’aimerais conserver de mon expérience terrestre.

Quinquagéniale, pendant ce temps d’absence d’écriture, n’a pas ménagé sa peine, et s’en est allée prendre des enseignements, se former, afin de mieux aider ses congénères à appréhender leur quotidien.

Quinquagéniale a accompagné des malades, surtout, de tous bords et de tous horizons, dans une démarche spirituelle et altruiste, mais qui dit démarche dit forcément action. Une action qui peut parfois forcer au repos.

Voilà, j’ai pris ce temps de repos, de répit et de recul afin de me resituer et régler des soucis personnels d’importance. De reconsidérer mes propres besoins et ambitions. Comment, en effet, prétendre aider les autres, lorsque notre propre vie nous échappe ?

C’est cela, qui serait malhonnête et il y a tant de faux prophètes à l’heure actuelle, que je ne veux pas rejoindre leur grandissant troupeau !

Il m’est apparu comme une évidence, toute cette fin d’année, que je devais reprendre le collier, proposer autre chose, je vois bien trop de souffrances et de questionnements pour les ignorer.

Etre compassionnelle, c’est participer. Avant tout.

Je crois que le monde a davantage besoin de cette implication que d’argent, ou d’or, ou de gloire.

Ou plutôt, tout l’honneur et toute la gloire sont dans cette implication.

Nous travaillons actuellement à un projet : écoute, conseil, guidance, par le biais du Net.

Je reprends donc Quinquagéniale en main, avec cette proposition de participation active, de votre part et de la mienne, car je crois qu’aucune guérison, mieux-être, ou évolution, aucune blessure intérieure ou physique ne peuvent être guéries sans ce pacte.

Bientôt, je vous indiquerai de quelle manière vous pouvez me joindre, en privé, pour des consultations que plusieurs d’entre vous m’ont demandées avec insistance. Je demande pardon à ces personnes pour mon silence. Ce n’était pas du mépris ni de l’indifférence. La vie m’appelait ailleurs tout simplement.

 

Me voici donc revenue, pour apporter cette intime conviction de ne rien laisser se perdre d’une expérience singulière (que j’étais loin d’imaginer à 20 ans) auprès de ceux qui se considèrent, sans emphase ni fanfaronnade, comme en souffrance. Rendre ce que j’ai reçu, tout simplement.

 

Merci encore à tous, les habitués et les autres, de votre présence. Vous êtes le miroir dans lequel je me reflète et j’y vois tellement de beauté !

Vous m’avez manqué !

Je vous souhaite, car il est encore temps, un bon bout d’an et un passage heureux vers l’année 2015, que cette perspective vous soit joie de vivre  avant tout, car après tout, vivre reste l’essentiel, et vivre pleinement, l’objectif !

 

Soyez heureux, amis ! A bientôt !

Quinquagéniale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'auteur : Quinquageniale

"C'est finalement au plus fort de l'hiver que j'ai compris qu'il existait en moi un invincible printemps".


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/idorianf/public_html/QGFR/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405