Quinquagéniale.fr
ds_Lpic1258

Fibromyalgie : Veux-tu guérir ? (la rencontre avec l’église charismatique)

Cette interrogation peut sembler superflue. Pourtant elle est le point de départ de bien des guérisons. Jésus en personne, se retournant sur la foule de malades qui venaient vers lui, posait la question : que veux-tu ? car même le fils de Dieu ne peut rien faire sans notre approbation.

Comme nombre de quinquas, j’ai reçu une éducation religieuse qui à mon époque était stricte et peu engageante. Beaucoup d’entre nous, une fois sortis de la domination parentale ont ensuite renié cette période malheureuse de leur rencontre avec Dieu, rencontre avortée le plus souvent, car de pensionnats en culpabilités regrettables, ils ont fui les  prêtres et leurs églises avec soulagement et sans regret.
Comme eux j’ai expérimenté la vie autre, la liberté et le féminisme, l’humanisme et ses conséquences.
Puis l’humain n’a pas suffi .Lorsque la maladie grave survient, elle change tout et l’on oublie les théories pour trouver une solution pratique aux pires maux.

J’étais dans une période noire, noir d’encre, sans espoir, malade, désargentée, je venais d’apprendre que la médecine m’avait condamnée. Mon fils était jeune et n’avait que moi. L’avenir était un mot que j’avais banni de mon vocabulaire.  Or, la vocation des soeurs dominicaines à Salernes, est d’accueillir dans la compassion et la miséricorde toute personne éprouvée dans son corps et dans son esprit.

Ça ne pouvait pas mieux tomber !

Le déclencheur :

ND de Clarté est un monastère dont le charme et la paix sont incontestables. Sis au sommet d’une côte, entouré de collines et parfaitement entretenu, il donne un aspect de ce qui va se passer à l’intérieur de son sanctuaire, moderne, qui date de 1998.

C’est une splendeur architecturale, depuis ses vitraux jusqu’à sa moquette, avec tout le confort technologique, avec son hôtellerie, sa chapelle intimiste, et surtout la nature environnante, oliviers, fleurs multicolores, iris débordant en mai, comme si ce lieu était prédestiné à vous faire revenir à la vie, la vraie.
Une effervescence paisible y règne entre pèlerins qui échangent repas et considérations, témoignages aussi, et les sœurs, toujours souriantes, une vraie ruche avec des abeilles vivaces qui s’emparent de votre douleur et la transforment en douceur, par un simple sourire. Si vous voulez savoir lequel, regardez à Mère Teresa : vous saurez ce  que c’est que d’être accueilli dans la joie d’aimer ! Les équipiers, laïques consacrés, volontaires, retraitants ne manquent pas et vous entourent, dès que vous avez besoin d’un conseil, ou d’une aide.

On place au premier rang les handicapés ou personnes gravement malades. Le sanctuaire a une mezzanine confortable, et j’ai connu là bas des sessions de mille personnes sans problème. Tout se déroule parfaitement, tout est fait pour votre confort de malade.

La propreté des lieux, notamment des toilettes est due seulement au travail permanent et inlassable de la poignée de sœurs qui sont là pour votre soutien.

Il existe à Salernes beaucoup d’ateliers, notamment des sessions Vittoz organisées pour les personnes en  dépression, par des intervenants extérieurs.
Mais ce jour-là, je ne sais rien de tout ça, je ne sais pas que je vais revenir encore et encore dans ce sanctuaire et y amener des groupes de malades !

Je sais que je suis accablée, au bout du rouleau et que si ça ne marche pas, eh bien je vais mourir tout simplement.

Un Dieu accessible et agissant :

Dieu c’est pour beaucoup un mystère ou une telle abstraction que cela ne vaut pas la peine d’être évoqué ! Pourtant nous avons, Jean-Pierre et moi, fait cette expérience physique d’un Dieu vivant dans notre corps. Chacun à sa manière, lui la guérison physique, moi la guérison intérieure. Ignorants de ce qui nous attendait, nous avons été touchés par la Grâce, et nous n’avons pu que croire.

Les témoignages furent nombreux ce jour-là, le 1er septembre 2007, de guérisons, au micro, car l’église charismatique ce sont des témoins de l’amour de Dieu qui le diffusent. Anciens blessés de la vie, c’est au cœur de ces ministères de restauration que l’on réalise en écoutant ces autres, ce que peut faire Dieu dans la vôtre ! Réparer, restaurer, régénérer, revivifier, etc, sont des termes que l’on retient de ces rencontres. Cette journée se situait pendant un week-end charismatique entier, c’est à dire avec des enseignements, des temps de louange et des chants, des danses, de la joie surtout !

Des prêtres pas comme les autres :

Le Père Ransay, tout d’abord, dominicain  martiniquais : jamais je n’avais vu un prêtre aussi cool, plein d’amour, qui ne parlait pas de péché, ni ne condamnait. En quelques heures, il m’a ramenée à mon église, moi qui n’allais plus dans les assemblées, qui me faufilais seule devant un autel, pour prier.
Je n’étais pas  fâchée avec ce Jésus dont j’avais très tôt senti la présence dans ma vie. Mais bien avec ses représentants, et le pardon fut difficile à accorder, des années durant à ces curés qui n’avaient à la bouche que sévérité et dureté face à nos errances.

C’est au passage du Saint-Sacrement, et à Salernes, on s’arrête devant chaque personne, que je fus saisie par cette présence. Ce fut comme si une boule de feu venait à moi à toute vitesse, traversant tout mon corps, et faisant exploser en miettes une existence de douleur enfouie sous le nom de bienséance. J’éclatai alors en sanglots, bouleversée. En même temps, quelqu’un donnait une parole de connaissance : La personne qui a été bouleversée à la vue du Saint Sacrement,  a eu un problème à l’âge de 3 ans. Qu’elle sache que le Seigneur la visite en ce moment. Elle va être guérie.

J’ai senti dans mon cœur que j’étais cette personne.

Pendant ce temps, Jean-Pierre reconnaissait avec surprise que ses maux cervicaux disparaissaient, que ses mains étaient rouges et suintaient. Il était très ému.

Le médecin des hommes et Jésus, médecin :

Mais ce qui se passa pour lui par la suite, et ce fut le soir même en rentrant, c’est que lui qui n’avait plus d’intestin grêle suite à son opération ( cancer du colon), retrouva des selles moulées. Le cancérologue mis au courant, intrigué, dit que c’était techniquement impossible. Mais Dieu avait restauré ce colon. Chaque mois nous retournions au monastère pour la prière, et chaque mois, le cancérologue, ami d’enfance de Jean-Pierre lui demandait : tu vas là-bas ?

Oui, cet ailleurs cet homme ne l’a jamais contesté, car il en avait vu les miracles. Un médecin croyait parce que la preuve était là, tangible, technique, impossible à réfuter.

Ma guérison en marche :

De mon côté, en m’examinant, m’apparut quelques jours après, un épisode que j’avais occulté. A l’âge de 3 ans, en effet, mes parents s’étaient séparés un jour ou deux, lors d’une crise de couple, et je me suis souvenue que l’on m’avait alors fait coucher chez mes grand-parents. On avait mis un matelas au sol pour moi. C’était inhabituel et rarissime, et cela m’avait marquée. Sans doute aussi des regards et des conciliabules. Mes parents ont aujourd’hui 75 ans et 52 ans de mariage. Ils sont ensemble depuis ce temps.
Mais ce simple fait déclencha en moi la peur de l’abandon. Peur avec laquelle j’allais vivre une bonne partie de ma vie, et dont le Seigneur m’a guérie voici deux ans environ, par la prière.

J’étais en psychothérapie depuis l’âge de 23 ans, et jamais nous n’avions pu élucider le mystère du départ de ma névrose.
En une après-midi, tout changea.

J’en compris les causes, et les conséquences directes sur ma vie. Pourquoi rien n’avançait, pourquoi tout était bloqué, pourquoi j’étais seule en amour, pourquoi ça ne décollait pas socialement.

La guérison intérieure prend du temps. Pendant une existence entière, on est blessés, trahis, malmenés. On se heurte à l’indifférence ou à l’agressivité. On vit des situations peu claires, voire excessivement douloureuses. On vit l’injustice de vivre.
Comment le corps ne pourrait-il un jour être atteint et se plaindre ? Mais le corps n’est que l’expression directe de votre plainte.

Je vais vous livrer ici quelques termes usités par les charismatiques, et aussi, comme je l’ai promis, des adresses utiles pour vous qui ayant tout essayé de l’humain, n’avez peut-être pas encore pensé à Dieu.

Petit lexique à l’usage des malades :

Charisme : du grec charisma, cadeau. L’église charismatique ce sont des religieux et des laïques qui ont reçu de Dieu des dons spécifiques ( prophéties, paroles de connaissance, discernement, guérison etc) afin de guérir par la puissance de l’Esprit Saint.

Esprit-Saint : troisième personne de la Trinité, particulièrement honorée par les charismatiques, car c’est par ce souffle divin que vous êtes guéri. J’ai vu certaines personnes, notamment des pasteurs évangéliques, souffler puissamment sur les malades et les faire tomber dans le repos de l’Esprit.

Repos de l’Esprit : ni évanoui, ni hypnotisé, simplement lors des sessions de guérison, vous êtes saisi par sa puissance à travers une personne qui vous impose les mains, ou souffle sur vous. Vous restez conscients, bien qu’entendant comme de très loin ce qui se passe. Pendant ce temps, c’est Jésus en personne qui guérit.

On ressort de là très chamboulé, souvent en pleurs, souvent fatigué, mais il n’y a aucun danger. Il y a eu guérison, on a enlevé bien des poids par ce biais, souvenirs traumatiques, blocages et bien entendu maladies y compris déclarées incurables.

Cela n’est pas rare, dans ces assemblées, mais ça reste tout de même une grâce. Ne tombe pas qui veut !

N’ayez pas peur : c’est spectaculaire mais indolore. Un équipier de prière dûment désigné et choisi par le prêtre ou le pasteur est derrière vous pour amortir votre chute, qui est un abandon à la puissance de Dieu. (et il y a des tapis au sol).

Où aller pour se faire guérir :

Les sessions de guérison sont nombreuses en France tant qu’à l’étranger. Le courant charismatique vient des USA et a donc une base protestante, mais l’église catholique a aussi ses messagers.

Pour  Salernes : monastère Notre Dame de Clarté.

Pour Toulon : les Assemblées du Réveil, où le Père Jean-Michel Tour fait un travail admirable dans son église, chaque mois une messe pour les malades y est célébrée.

Il est aussi à l’origine des rassemblements pour L’unité des Chrétiens, et  est l’ organisateur sous chapiteau à la Castille, domaine viticole à Solliès-ville, de sessions rassemblant  protestants, évangéliques et cathos,  plusieurs fois l’an, depuis 4 ans.

Nous venons de vivre 3 jours de conférence grandioses, avec nombreuses guérisons à l’appui.

Pour  Paris et sa région,  Paris Tout Est Possible : le pasteur de feu Carlos Payan, homme de grande intensité, avec un don puissant, a créé cette association et organise ainsi des rassemblements à travers toute la France.

Pour Toulouse : Eglise apostolique évangélique de Jean Bertot.

Pour la France entière et ses frontières : Elena Hanet laïque consacrée, instrument du Seigneur guérit et délivre les malades. En église et sur invitation d’un prêtre catholique : la fraternité des petites pâquerettes de Jésus.

En essaimant la toile, vous trouverez certainement non loin de chez vous, un lieu de prière et de guérison charismatique. De nombreuses associations comme « Debout resplendis » proposent des rencontres de ce type. Prêtres ou pasteurs, ces grandes figures de la guérison sont à votre service, car leur ministère contient la guérison. Jean-Luc Trachsel, Rémi Shappacher, Raniero Cantalamessa, Werner Lehman, Roger Paulin, vont, comme Jésus, à la rencontre des foules pour les guérir, par l’onction de l’Esprit.

Ne vous en privez pas, d’autant que c’est gratuit ou qu’une faible participation est demandée (de l’ordre d’environ 15 euros pour les frais générés). C’est peu si l’on considère les bienfaits qu’on peut en retirer !

N’ayez pas peur de Dieu.
Le seul obstacle à votre guérison, reste l’incrédulité  !

Cette extraordinaire aventure humaine et spirituelle, n’a jamais pris fin depuis. En persévérant, peu à peu, mes douleurs se sont calmées, j’ai été assidue, j’ai fraternisé, j’ai appris la force de la prière, j’ai suivi des enseignements et entendu des dizaines de témoignages de guérison !

La guérison n’arrive pas qu’aux autres !

En octobre 2010, lors des assemblées du réveil, le frère dominicain Benoît-Marie Berger, m’impose les mains dans la longue file d’attente de ceux atteints de maladies physiques.
J’ai reçu ce jour-là d’être vivifiée, mes muscles des jambes se sont fortifiés dans les jours suivants. Depuis je marche sans difficulté, alors que c’était pénible et souvent limitatif.

Pour finir, je dirais que pour certaines maladies, j’ai vu des guérisons spontanées. Pour d’autres, comme la fibromyalgie, il faut parfois des années, mais l’on a la guérison au bout de la foi.

Ce témoignage vise à conforter et à donner une autre manière d’aborder votre maladie, même si la médecine a posé une condamnation sur vous.
Mais tout est possible à Dieu ! Il ne suffit que de faire un pas vers Lui.

Ce que je vous souhaite, amis !

L'auteur : Quinquageniale

"C'est finalement au plus fort de l'hiver que j'ai compris qu'il existait en moi un invincible printemps".

  • angil

    témoignage édifiant!

  • barrera

    jhabite salon de provence ou trouver un groupe de guerisons!,,,,???